Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le Pressoir

Le Pressoir

Association PHOTO-GRAPHIQUE


L'INVITE

Publié par Le Pressoir

"23-10" ©Zoé SAINTGILLES

L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE

©Zoé SAINTGILLES

"Les Invisitables"

extrait 1 de Pascal BAXTER (Tous droits réservés)

Intégrer au Tourisme Imaginaire, les "Invisitables" sont des échantillons de lieux interdits au public, trop dangereux, trop dégradés, ou privés. Ils sont alors restitués sont forme de morceaux photographiques au public lors des visites éphémères du Tourisme Imaginaire.

Trois auteurs photographes leurs ont ainsi redonné vie:

1-Pascal BAXTER

2-Mathieu WERCHOWSKI

3-Delphine BERNARD (Le Pressoir)

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

©Pascal BAXTER

"Faites le mur"

BY AMELIE

L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE
L'INVITE

crédits photos AMELIE

 

"DEEPER AND DEEPER"

BY

JEFF

Lomogram 2013-07-25 07-17-28-AM

Lomogram_2013-07-25_07-34-12-AM.jpg

  Lomogram 2013-07-23 05-03-24-PMLomogram_2013-07-25_07-33-27-AM.jpg

Lomogram_2013-07-26_07-11-25-AM.jpg

Lomogram_2013-07-26_07-31-35-AM.jpg

                © JEFF


 "Ah! Monsieur, vivez au sein des mers. Là seulement est l'indépendance! Là, je reconnais pas de maîtres; là, je suis libre!"
Jules Vernes


dentelle-de-neptune.jpg         Dentelle de neptune

 

PASCAL ZANI

Instructeur national en biologie subaquatique FFESSM Formateur et conférencier


L'intérêt pour la vie marine était déjà présent chez moi depuis l'enfance. Mes parents m'avaientaffranchi! Les premiers films de Cousteau, les premiers récits d'aventures nourrissaient monimagination à grand renfort de poulpes géants, de baleine blanche et de maisons sous la mer...
Lorsque ma vie professionnelle (responsable d'un service environnement d'une collectivité
territoriale gardoise) m'a fait rencontrer la plongée à l'occasion de l'organisation d'un camp d'adolescents j'ai foncé! C'était en 1996 à Carnon.
J'ai d'abord passé les brevets techniques et en parallèle les brevets bio car la FFESSM a mis en place des formations pour découvrir l'organisation de la vie marine; cela m'a permis de plonger à la découverte des habitants et des habitats de la Méditerranée, de l'Atlantique et de la Mer Rouge. Et participer à des opérations de comptages d'hippocampes et de l'herbier de zostères de l'étang deThau.

bispire.jpg         Bispire

En 2008, je deviens formateur en biologie subaquatique niveau 3 et n'ai de cesse de partager, montrer, accompagner, renseigner, découvrir, chercher et faire grandir l'envie de rencontrer etpartager avec les uns et les autres la beauté et la fragilité de cet environnement.
En parallèle à mes actions de formations de plongeur naturalistes, j'anime des conférences sur les thèmes suivants: la biodiversité des fonds locaux, l'adaptation des espèces au milieu aquatique, l'éducation du regard, les écosystèmes profonds, l'exploitation des océans, les monstres marins, la tuerie des requins etc....

Hermaea-bifidathau-03-Mars12-040.jpg        Hermaea bifidathau
De nombreuses animations grand public viennent compléter l'arsenal des animations que je propose: sorties laisses de mer à la découvertes de ce que la mer dépose sur les plages, permettant tout à la fois d'aborder l'identification des animaux et le problème des déchets.
En 2012 je suis coopté par mes pères et j'intègre le collège des instructeurs nationaux de biologie subaquatique pour porter plus loin la réflexion sur les connaissances et le respect de l'environnement dans une idée de développement durable et sciences participatives.

Jorunna-tomentosa.jpg

         Jorunna tomentosa

Hippo.jpg

        Hippo


  Sous la lumière de toutes les couleurs....

 

P1100448

P1100482

           P1100475

P1100479

P1100462-001

P1100485

P1100488

                         ©Claude


 

 Planète Sahra

 

31769 1453548467277 1326501 n

28869 1445384943194 453844 n

2585 1095093466126 2890746 n

9334 1235862225257 126954 n

                         © Eric                                                    


Juin 2012

 

Comme à l'italienne...

 

29-P1070805--1600x1200-.JPG

 

02-P1070783

 

23-P1090321-copie-1.JPG

31-P1070809.JPG

 

09-P1090342.JPG

 

26-P1070790--1600x1200-.JPG

                          © Grany


  Mai 2012

 

L'Italie aux couleurs pastel est peinte par Claude pour ce mois de mai sur la toile du Pressoir. A vos pinceaux...

 

01-P1070751.JPG

13-P1080075.JPG

08-P1090264.JPG

 

33-P1070820.JPG

 

24-P1090324.JPG

 

11-P1080921

© Claude


Avril 2012   

        

 C'est sous le grand parapluie végétal de la forêt, que Léa, en ce 20 avril 2012, reçoit "Mon Oeil"  qui nous présente:

"Petits produits de campagnes"

 

Vegetaux-2115

Vegetaux-2110

Vegetaux-2120

Vegetaux-2088

Vegetaux-2123

1ere-gelee3

Vegetaux-2124

Vegetaux-9146

© Mon oeil


Mars 2012

Au pied levé, in extremis, Florence est l'invitée de Mars et de JUL.

Elle nous amène une douce odeur de printemps et nous transporte pour une escapade en Ardèche.

Un grand merci à elle !

 

Flo 3180

Flo 3200

Flo 3277

© Florence - photos dédiées à Thomas


Février 2012

So invite

Je me présente, Christelle URION, je suis native de la Ciotat dans le sud de la France. J'ai étudié dans cette région et suis devenue, en 2008, infirmière diplômée d'état.
Je n'étais pas destinée à faire de la photo, je n’y avais même jamais pensé.

L'année 2010 a été pour moi une révélation photographique. Je me suis rendu compte que je m'attardais à poser mon regard sur divers paysages, divers objets qui semblaient sans intérêt pour autrui. J’ai donc entrepris d'acheter un appareil photo chez canon, un petit gadget de débutant, un D1000. Dès lors j'ai commencé par tout tirer en automatique. Cela m'a permis d'apprendre à positionner mon sujet selon mes goûts et sans connaitre la règle des trois tiers.

Puis en 2011 j'ai rencontré un photographe, Mr Luigi Rome, qui a entrepris de me prendre en photo. A cette occasion j’ai pu lui demander :

- "Luigi, peux-tu m'aider à poser sur papier photo les rêves qui circulent dans mon imaginaire?". J’ai réellement appris à manipuler mon appareil photo sous le mode manuel à partir cette rencontre.

Je ne lis pas de tutorial pour apprendre, je préfère parler à de nombreux photographes et tester les logiciels de retouche. J’essaye de faire plaisir à mes yeux mais aussi à ceux des autres.

J'apprends tous les jours, je ne fais pas encore beaucoup de photos de qualité mais l'essentiel est de CREER avec mon appareil à rêves.

Un sage m'a dit « la plus belle photo ne sera jamais tirée, on doit juste garder cette idée en tête afin de progresser ».
La photo est aujourd’hui l'essence même de mon âme même si je ne peux pas le pratiquer autant que je le désire, du fait de mon métier. Cette activité me permet de rêver en restant éveillée. 

bustier-net--Copier-.jpg

chausson--Copier-.jpg

Sophie-0186--Copier-.jpg Sophie-0488-4signe--Copier-.jpg

Sophie-0775marie-post-ps5--Copier-.jpg

 Sophie-0925beren--Copier-.jpg

Sophie-3052--Copier-.jpg

©Christelle

            


DECEMBRE 2011


La Malawie d'Emilie...., c'est l'invitée de Julie BEE! 

"Regards complices du Papé

balade au cœur des couleurs et de la chaleur Africaine… "

le mystique et magique baobab [Résolution de l'écran]

train train quotidien [Résolution de l'écran]

coucher de soleil sur le lac Malawi [Résolution de l'écra

une pause improvisée [Résolution de l'écran]         

vie sauvage [Résolution de l'écran]

thé, montagne et jungle [Résolution de l'écran]

vie suavage 3 [Résolution de l'écran]

barques de pêcheurs [Résolution de l'écran]

va et vient continue [Résolution de l'écran]

marché coloré [Résolution de l'écran]

levée de soleil [Résolution de l'écran]

Malawie©Emilie 


Novembre,

l'invité de YU : la bérouette du Faouët à Dahouët


croix plate

fahouet 07

fahouet 02

fahouet 05

dahouet 02

                 dahouet 01

                  dahouet 03                   

dahouet 05

 ©la bérouette


Octobre 2011

Patrice Camparmo est l'invité de JUL

 

Il nous propose ce mois-ci une selection d'images de sa série MDV (maison de valerie), du nom de son appareil, un appareil plastique gadget.

Le travail s'articule autour de la mémoire des images vues par le passé et ingurgitées inconsciemment.

Le rendu hors du temps des images y participe.

 

branchegrillage

etoilepassageNeige

Nega23m-valeriepatrice021

  Nega07m-valerievalerie22

cheval-neigevalerie21

  cordes1 Nega27m-valerie

passantArbrespassantes

Nega25m-valerie Nega14m-valerie

 

ogreBitumeVerticalimmeuble

patrice001 Telephone valerie23

lingeBalais

  

virage zoneCible

  © Patrice Camparmo

http://p-camparmo.pagesperso-orange.fr/


  Septembre 2011


Pour la rentrée, l'invité, c'est Yannick...pour Vince 

Gaïa  

L’aurore encore humide irradie le ciel de sa chaleur tandis que le soleil naissant pose ses rayons alanguis sur les courbes de pierre séculaires. L’aube dans les Pyrénées a ce parfum d’éternité propre aux espaces naturels les plus majestueux. Les reliefs tantôt polis, tantôt torturés nous racontent une histoire faite de fracas et de patience où le temps lui-même est un acteur.

 

Les Pyrénées ont toujours eu sur moi une emprise particulière, un appel métaphysique, un message transmis directement aux tréfonds de mon âme. De la même manière que l’on rencontre Dieu, c’est entouré de ces imposants mégalithes que je ressent l’éternité et l’absolu parcourir mon être. C’est en ces lieux que tout prend sens à mes yeux et que je me sens pleinement vivant…

Chasseur d’images novice, j’étais à des lieues de me douter que le monde sensible fut si farouche et difficile à appréhender, plus encore au sein de cette nature sauvage et indomptable. Les images sont là, devant nos yeux, intemporelles et pourtant aussi fugaces qu’un souffle. Sans y prendre garde, elles apparaissent et s’évanouissent avant même que l’on n’ait pu presser le déclencheur, comme balayées par le flux de l’existence.

J’ai longtemps arpenté ces sentiers, et chaque fois je redécouvrais ces paysages qui me sont pourtant si familiers. Comme si plusieurs réalités se télescopaient en un même espace-temps, j’avais la sensation de voir au travers de ces panoramas des nouveaux mondes étrangers et fascinants.

En pénétrant ses entrailles, la montagne se fait chtonienne, inquiétante et merveilleuse. C’est le monde de l’eau et de la pierre dont le ballet millénaire sculpte dans la pénombre une œuvre de silence. C’est en ces lieux que ressurgissent les peurs primales de l’homme car, comme happés par quelque monstre fabuleux, c’est à nous-mêmes que nous faisons face au travers de cet univers sombre et pourtant rassurant comme le cœur d’une mère…

©Yannick

02

03

04

05

07

08

09

10©Yannick

Appareil photo numérique Canon Powershot G12

Aucun post-traitement informatique


En août 2011


C’est l’invité de Vivi…  en Gaspésie: on the road again!

Investie par Le Pressoir d’une mission future de « reporter », j’ai souhaité inviter Mika qui lui est déjà au Canada et nous donne sa vision d’un road trip en Gaspésie. Un œil sur ce pays vu par son objectif.

Aventures, découvertes et rencontres : parti avec deux inconnus rencontrés depuis seulement deux jours, le départ du road trip est arrosé. Ensuite ce sont les kilomètres et les paysages qui défilent… Partagez l’aventure…

 252532_2010949226993_1041616090_2428726_6145528_n-copie-1.jpg 

© Mika

premiere nuit du road trip

P1016747

Ile bonnaventure plus grande colonie de fou de bassan au mo

                  

    Ville de Percé

Rocher percé

P1017335

P1017275

© Mika


Juillet 2011


    En Juillet... c'est Léa l'invitée de Julie

CCI29082008 00000 copie [1600x1200] CCI31082008 00000 (3) copie [1600x1200]

               CCI31082008 00001 copie [1600x1200]

JULIE-B-3671--1600x1200-.JPG

CCI31082008_00000-copie--1600x1200-.jpg

img002 [1600x1200]

CCI31082008_00002-copie--1600x1200-.jpg

img008-copie--1600x1200-.jpg

CCI29082008_00005-copie--1600x1200-.jpg

Les dessous de l'Ecusson© Léa


JUIN 2011

 


Dans le rétroviseur de Michel....

 c'est l'invité de DLF,  

M-COROIR886--Resolution-de-l-ecran-.jpg

M-COROIR--Mr-PISTRE-946--Resolution-de-l-ecran-.jpg

M-COROIR917--Resolution-de-l-ecran-.jpg M-COROIR914--Resolution-de-l-ecran-.jpg

M-COROIR_967--Resolution-de-l-ecran-.jpg M-COROIR884--Resolution-de-l-ecran-.jpg

M-COROIR901--Resolution-de-l-ecran-.jpg

M-COROIR899--Resolution-de-l-ecran-.jpg

M-COROIR882 [Résolution de l'écran]

M-COROIR939--Resolution-de-l-ecran-.jpg

M-COROIR881--Resolution-de-l-ecran-.jpg

© M-COROIR


  Mai 2011


 En mai, Mimi fait ce qui lui plait!! et c'st pour Mad G 

"L'horloge des formes quadrille la ville"

P1010090.JPG

P1010091

P1010107.JPG

P1010092.JPG

P1010104.JPG

©Mimi


Le 20 avril 2011


 

 Suivez le fil! La tête dans les étoiles avec Yu et son invité...

Matériel utilisé : Canon 20D au foyer d'une lunette William Optics 132/925 mm sur monture équatoriale Losmandy G11. Une monture équatoriale sert à compenser le mouvement de la terre et donc de toujours garder un objet au centre de l'oculaire. Sur pied fixe, il est impossible d'avoir des étoiles bien rondes si l'on dépasse un temps de pose de 30 secondes avec un 50 mm.

 103P-14-10-2010

Pour imager une comète de faible magnitude (luminosité) et en faire apparaître la coma ou la queue,

on devait à l'époque de l'argentique faire un suivi cométaire. Cette opération consistait à réaliser une photo longue pose, en guidant le télescope à l'aide de la monture sur le noyau cométaire. Cet exercice n'était pas simple à  mettre en place et les résultats étaient parfois décevants. Avec un appareil photo numérique, nous pouvons obtenir le même résultat avec beaucoup plus de facilité, mais aussi avec un traitement d'image un peu plus conséquent.

 

Une photo longue pose génère toujours des artefacts, des pixels chauds, auxquels il faut ajouter le bruit du capteur numérique. Ces problèmes ne peuvent être corrigés qu'avec le format brut (RAW), le format natif de l'appareil photo. C'est pourquoi nous n'utilisons que ce format en imagerie astronomique. Nous traitons nos clichés d'abord avec des logiciels spécifiques (Iris) puis nous les finalisons avec des logiciel de traitement d'images plus classiques (Photoshop).

 

Voici ce que donne une image au format RAW (Canon 20D). On peut voir le point chaud du capteur, en bas à droite, des taches sombres (poussières sur le capteur), des pixels chauds et des artefacts. Tout cela est résolu grâce aux séries de darks, offsets et flats qui seront additionnées, multipliées ou soustraites à l'image à traiter.

 

Pour plus de détails voir ici :http://www.astrosurf.com/buil/iris/tutorial3/doc13_fr.htm

Photo-brut.jpg

La même image une fois traitée

 Photo-traite

 Pour obtenir une photo d'une comète en filé, il faut faire une série d'images de 60 à 300 secondes suivant et la luminosité et la vitesse de déplacement de la comète. On aligne ensuite chaque image sur le noyau de la comète et on les additionne. Sur un tel cliché (photo du haut), on voit au centre la comète et sa coma (chevelure), et un filé d'étoiles, ou plutôt ici, une série d'alignement d'étoiles car il y avait un petit espace de temps entre deux prises.

 

Si nous avions effectuer la même opération en les alignant sur une étoile, on obtiendrait le déplacement de la comète sur un fond d'étoiles ponctuelles, comme ici :

deplacement.jpg

  ©Gérald SACHOT


Mars 2011,


Sur la planète de JUL, avec Fabien..

  1

Incorporations,

Enchevêtrements, situations fantasmées, mîmes.

Le nu du sein par le trait du dessin,

L'ébat et le souffle criés dans l'intime,

Haleines hurlantes dans une main muette.

Et ces sons comme on étreint.

 

Incorporations,

Repli du monde, un abîme en soi,

Corps à l'arrêt,

Corps amarrés et les désarrois.

Sourdre, transparaître, se désemparer.

 

Un corps, poreux,

Les pluriels qui s'immiscent,

Les possibles dilués,

Être l'Un, et l'Autre

 

En soi même 

  2

 

3 4

 

5 6

 

7 8

  © Fabien Lapouge

Photographie, incorporations et texte / Fabien Lapouge

Dessins originaux et aquarelles / Catherine Laporte

  http://www.fabienlapougephotography.org/

 


Février 2011  c'est de So, l'invitée de Vivi


      DSCN1280  ©So 

Bonjour, je m’appelle Sophie et j’aime la photographie.

Je suis une vraie néophyte mais j’adore ça.

J’ai rencontré Vivi à la faculté de Montpellier et elle s’est bien vite rendue compte que j’adorais prendre des photos, "la folle à l’appareil photo numérique".

J’aime capturer toutes sortes d’images, des portraits, des objets, des paysages…tout, tout ce qui me parait être beau.

Pendant les soirées, je dois être la fille pénible qui veut prendre tout le monde en photos, et en sortie je suis celle qui s’arrête tous les cent mètres pour prendre une photo.

Je suis scotchée à mon petit appareil photo, c’est un nikon coolpix. Un petit appareil photo pour le plaisir, mais je trouve que les photos qu’il fait sont toujours très belles, et représentent bien ce que je veux immortaliser.

Et par-dessus tout ce que je préfère faire ce sont les macros. Je ne sais pas vraiment pourquoi c’est ça qui me fascine le plus, mais j’en suis accro. Je peux prendre 20 macros à la suite d’une même fleur, une même feuille, un même insecte…j’aime ce que ça nous montre, une partie de notre monde, trop petite pour être appréciée à sa juste valeur et la macro nous le révèle.

Et mon rêve ça serait de faire de beaux portraits, des photos prises dans la rue sans chichi, la vie, la vraie. Prendre en photos les gens, ceux qui nous entourent, qu’on ne connait pas mais qui définissent notre environnement.

Des figures d’un monde, d’un siècle.

Enfin bref en résumé mon appareil photo est la prolongation de mon bras, je ne peux pas faire une randonnée, une sortie entre amis ou une soirée sans lui. Il m’accompagne partout et se loge bien facilement dans mon sac à main.  Grâce à lui je fixe des moments, des paysages, des souvenirs, des sensations, des pensées, des rêves, sur le papier ou dans mon ordinateur.

 Je fais ces photos pour moi, pour mon propre plaisir. Mais j’aime aussi les partager par le biais de facebook. Et je prends aussi beaucoup de plaisir à regarder les photos d’autres personnes.

La photographie est un moyen pour moi de voyager et d’exprimer mes sentiments….

DSCN4734


 Janvier 2011, c'est UNE invitée et c'est celle de DLF...


 NOLLANN

''La plupart des rideaux bougent aux fenêtres...

Quelques vieilles sont carrément embossées derrière ces portillons bipartis, dont le haut ne se ferme que le soir...''

Hervé Bazin.

 3       © Nollänn

Dans la peinture de la Renaissance, la fenêtre qui ouvre sur un espace extérieur, est une construction purement intellectuelle.

C'est un montage, quelque chose qui vient s'ajouter à la scène d'intérieur. Elle est destinée à exciter l'imagination du spectateur, à lui rappeler que la scène ne se joue pas dans un lieu clos mais sur fond d'univers.

Un courant de pensée que l'on retrouve en photographie, où l'espace prend son importance au regard de celui qui l'observe.

La fenêtre comme lieu visuel de passage de l'intérieur à l'extérieur et réciproquement.

Une ambivalence de point de vue: celui qui regarde, ou celui qui est observé.

La dualité de l'oeil qui s'approche pour apercevoir et de celui qui reste pour épier.

 1    6

                         2

5

7  4


Décembre 2010,

pour Noël, Vince ouvre le bal de nos invités en invitant Christophe...

Christophe Cablat

Site : cablat.com

Mail : contact@cablat.com
Tél. : 06 13 58 24 85 – Fax. : 0 811 389 485

Chacun se croit unique, mais je le clame haut et fort : «longue vie à nos doubles». Cultivons tous nos personnalités !

Inlassablement je tire partie de mon quotidien pour en arrêter quelques instants éphémères. Un boîtier toujours sur moi, j’ai pour philosophie d’être curieux de tout. Vivre avant tout en assumant ce que je suis et en fuyant ce que je crois être.
Etre capable par quelques images, quelques lignes à ma façon de changer le monde. Partager une vision avec d’autres qui préfèrent prêter leurs yeux à qui veut bien voir au lieu de vendre leur âme au premier venu.

ECARTS DE CONDUITE « Confessions d’un chauffard »
Dans mon automobile, dès le claquement sourd de la portière, je deviens enfin moi-même. Librement et sans complexe je peux laisser paraître mes pulsions les plus refoulées, ma haine de l’autre et ma misanthropie. Sentir sous la pression de mon pied droit la puissance de mon moteur, accélérer sans réfléchir, voilà ce à quoi j’aspire. De mes ténèbres je vous entends, je ne suis qu’un chauffard, un assassin et c’est en prison que je devrais être, mais vos voix sont atténuées par les battements sourds de mon caisson de basse.

Le plaisir que je prends à faire tout ce que vous m’interdisez est indicible. Le téléphone collé à l’oreille je zigzague sans cesse sur les voies rapides, ma principale préoccupation est de courir après le temps qui me manque. Dès lors que je rentre dans ma voiture, je suis en retard.

Que dire alors de mes relations amoureuses ! Ma voiture est ma maîtresse, mon amie, ma confidente. Même si pour l’hygiène je promène quelques filles peu farouches à l’avant, tu restes toujours celle que je respecte le plus. Peut-être pour garder une certaine réputation, voire pour décorer mon automobile, je les présente pendues à mon bras, le volume du lecteur cd à fond. Dans cet exercice là je suis particulièrement à l’aise. Sois belle, tais-toi et souris, voilà tout ce que tu dois faire pour parader sur le siège passager. Bien sur, certains me taxent déjà de machisme, voire de fétichisme, mais certaines se comportent comme moi avec leur automobile, comme jouer à celui qui pisse le plus loin en truquant les règles du jeu…

Souvent ça et là, j’entends parler de moi comme quelqu’un de violent en voiture ! Comment se fait-il que dès lors que je glisse la clé dans le contact mes pulsions les plus basses reviennent à la surface ? Tout comme si on m’ôtait ce carcan qui me fait respecter la personne humaine en apparence pour enfin pouvoir me conduire tel que je le souhaiterais tout le temps en société. La violence apparemment n’est plus l’apanage des hommes au volant. Je peux comprendre que des hommes en viennent aux mains parce que l’un d’eux a forcé la priorité, nous sommes si vils et irraisonnés. Mais vous, mesdames, comment se fait-il que de vos mains si douces se tendent un doigt vers le ciel qui invite presque au toucher prostatique ? Jamais je n’aurais souhaité voir surgir en vous une once de violence masculine, mais il faut croire que les raisons de votre combat passé sont celles qui poussent certaines à dominer la route de la sorte.

En lisant ces quelques lignes, certains me trouveront inhumain, puant, voire misogyne. Pourtant le Docteur Jeckyll que nous sommes tous se transforme bien vite en Mr Hyde dès que l’on a entre les mains ce volant. Se rendre compte que ce moyen de locomotion est une révolution pour l’homme mais que dans tout excès il y a une dérive et mon comportement est sensiblement le même que le vôtre, et même si je n’ai pas de solution miracle, je tiens au nom de tous à présenter publiquement mes excuses pour avoir mis en danger la vie d’autrui.

Je réclame donc la légion d’honneur car depuis qu’on m’a retiré mon permis, je fais des recherches et j’en suis arrivé à la conclusion suivante : en marchant on diminue la mortalité en voiture et on lutte contre l’obésité.

Christophe CABLAT

Précisions techniques sur les photographies suivantes :

Appareil photo argentique Leica M6 et objectif 35mm Summicron

Films Kodak tri-x et Agfa APX 25

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

© Christophe Cablat

2014

 

"La bicyclette crise"

par l'artiste Gérard BASTIDE,

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents